Libre-échange ou protectionnisme : quelle politique commerciale pour répondre aux défis de demain ? - 15 octobre

Description : Les économistes atterrés vous invitent à une Conférence-débat,
mardi 15 octobre 2019, de 19H00 à 21H00
Centre Panthéon-Sorbonne, Amphi III
12 place du Panthéon, 75005 Paris, M° Luxembourg
Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles

Négocié depuis 2004, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur semble depuis l’été, et les terribles incendies qui ont ravagé l’Amazonie, remis en question par le gouvernement français. Dans le même temps, l’Assemblée nationale a approuvé le mardi 23 juillet la ratification du CETA, accord de libre-échange avec le Canada.

Face aux difficultés de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à rassembler les pays autour de négociations multilatérales, les pays développés négocient des traités de commerce et d’investissement bilatéraux. TAFTA, CETA, JEFTA, APE… Autant de sigles qui reflètent la même volonté de favoriser le commerce par une politique commerciale libre-échangiste.

Du point de vue des économistes libéraux, le libre-échange est optimal. Vecteur de croissance économique et de produits moins chers pour les consommateurs, il est le moteur d’une mondialisation « gagnants-gagnants ». Pourtant, de nombreuses associations citoyennes, des organisations agricoles, des syndicats et certains économistes pointent du doigt ses méfaits. Fondé sur une logique de concurrence et de compétition, le libre-échange serait responsable d’un triple dumping : écologique, social et fiscal, loin des promesses d’une « mondialisation heureuse ». Il creuserait les inégalités dans les pays et serait cause de chômage et de paupérisation des classes populaires.

Face au libre-échange, l’idée de limiter les échanges commerciaux internationaux par des politiques commerciales protectionnistes refait surface. Souvent décrié comme une politique commerciale nationaliste et égoïste visant à fermer les frontières, le protectionnisme s’est pourtant décliné en de nombreuses formes au cours de l’histoire. De l’Angleterre prohibitionniste au développement rapide des économies du Sud-Est asiatique, aucun pays dans le monde ne s’est développé sans protéger, au moins partiellement et temporairement, son marché intérieur.

Encore aujourd’hui, la question se pose : vivons-nous dans un monde de libre-échange ? Entre les discours des dirigeants politiques et des grandes institutions internationales et l’explosion des mesures de protection non tarifaire ; entre la signature d’accords de libre-échange et la remise au goût du jour des droits de douane par les Etats-Unis de Donald Trump, difficile d’y voir clair.
Quels bilans pouvons-nous dresser du libre-échange ? Les accords de commerce actuels sont-ils profitables à tous ? Sont-ils climato-compatibles ? Le protectionnisme est-il une bonne alternative ? En quoi pourrait consister aujourd’hui un protectionnisme solidaire ?

Avec:
  • Amélie Canonne (présidente de l’Association internationale des techniciens, experts et chercheurs (AITEC), animatrice de la campagne d’opposition au traité transatlantique) : Le libre-échange est-il à bout de souffle ?
  • Sébastien Jean (directeur du CEPII) : CETA, Mercosur, quels accords, quels impacts ?
  • Léo Charles (Université Rennes 2, Economiste atterré) : Le protectionnisme est-il la solution? Et quel protectionnisme ?
  • Grégory Vanel (Grenoble Ecole de Management) : Trump, protectionniste ou mercantiliste ?

La conférence sera animée par Christian Chavagneux, éditorialiste au magazine Alternatives économiques.
Début de l'événement : 15.10.2019 - 19:00
Fin de l'événement : 15.10.2019 - 21:00
Publier : Non